Comment créer de la valeur dans l’entreprise en préférant la créativité à la contrainte.

Les philosophes de la pensée ancestrale chinoise et présocratique l’avaient bien compris : la nature se nourrit du jeu du vide et du plein, dans un processus contradictoire et complémentaire, comme moteur perpétuel du mouvement, des transformations et des cycles.

Les prémices des sagesses grecques et chinoises viennent, en effet, de l’observation du vide, perçu non comme un manque ou une absence mais comme un potentiel de développement, une opportunité à saisir, une non-existence qui trouvera une réalité.

Or, dans un monde de plus en plus complexe, de plus en plus organisé et informatisé, le plein impose sa logique, tandis que les quelques espaces de vide où l’on peut exercer sa liberté s’amenuisent.

 

Sortir du trop plein

 

Le plein et le vide sont aussi des notions qui permettent d’analyser le management, en distinguant le management contraint (le plein) du management créatif (le vide).

La première mission d’un manager qui accepte un nouveau poste est d’identifier, d’une part, ce qui, dans le cadre de ses fonctions, le lie directement à l’organisation globale et donc aux autres managers et, d’autre part, ce qui relève de son propre domaine, de sa zone d’autonomie au sein de laquelle il dispose d’une véritable marge de manœuvre pour décider, agir et innover.

Lire la suite

Harvard Business Review FranceAnne-Laure BoncoriJean-Claude Sac

neque. ultricies mattis facilisis dictum mi, ut