A la tête de deux success stories, Jack Ma (Alibaba) et Ren Zhengfei (Huawei) ont fait du jeu de go chinois leur modèle et leur crédo stratégique. Un jeu ancestral qui s’avère être une pertinente clé de lecture contemporaine.

Face à la complexité croissante du monde des affaires et de son environnement, de plus en plus de managers et de cadres dirigeants sont en quête d’autres modes de pensée pour appréhender l’incertitude de notre monde et l’aborder dans sa globalité. Parmi les différentes grilles de lecture à leur disposition figure la philosophie chinoise classique, fondée sur l’observation de la nature et de ses changements perpétuels, nourrie au souffle taoïste et affermie par les principes polémologiques de « L’Art de la Guerre » de Sun Tzu.

Cette pensée ancestrale s’est matérialisée dans le jeu du « weiqi » qui, apparu en Chine probablement au début du IIe millénaire avant J-C., a été adopté au Moyen Age par des samouraïs et des moines japonais et traduit en jeu de go. C’est à partir des principes et de la dynamique de ce jeu qu’il est possible d’éclairer trois manœuvres stratégiques clés dans la réussite des affaires, à l’aune de cas d’entreprises chinoises.

1. Commencer par les bords

Le premier principe du jeu de go, qui signe l’entrée dans la partie, est de commencer celle-ci par les bords. Il s’agit de positionner les premières pierres (noires puis blanches) sur les coins et les bords du damier. Puis chemin faisant, de former des territoires en posant de nouvelles pierres et/ou en capturant celles de l’adversaire. Le vainqueur est celui qui a marqué le plus de points en contrôlant la plus grande partie du damier. Commencer par les bords, cela signifie concrètement pour les joueurs de tenir les troisième et quatrième lignes, en vue de maîtriser le centre et de tenir le jeu. Les bords constituent en effet une zone dans laquelle les territoires dessinés sont les plus difficilement prenables par l’adversaire.

Dans le monde des affaires, les bords symbolisent à la fois les marchés les plus proches (les marchés locaux) et les plus contrôlables. Telle a été la stratégie gagnante adoptée par Huawei, qui a commencé comme simple revendeur de matériel de télécommunications en Chine, puis est devenu producteur pour les marchés émergents et la Chine, avant de se positionner à l’international avec une offre très compétitive. Désormais, Huawei se tourne vers une offre de téléphonie haut de gamme, fort de sa réputation mondiale et de son assise sur ses marchés domestiques.

En appliquant le principe des bords du damier, Huawei s’est non seulement appuyé sur une demande de commercialisation locale mais aussi sur une première activité qui était facilement accessible en matière de compétences et de ressources à déployer. Progressivement, Huawei s’est déplacé vers le « centre », c’est-à-dire vers son objectif stratégique à long terme – être un acteur de premier plan de la téléphonie mobile – en jouant la carte de la différenciation et de l’international.

Lire la suite

Harvard Business Review FranceAnne-Laure Boncori, Lorraine Brice

ut sit quis Sed Aenean risus. lectus dolor vulputate, Praesent